Accueil du site > Le blog > Brexit ou pas, la démocratie demande de respecter le choix des électeurs (...)

Brexit ou pas, la démocratie demande de respecter le choix des électeurs britanniques

samedi 11 juin 2016, par Pierre

Le référendum britannique du 23 juin pourra-t-il être respecté par nos gouvernants  ?

Dans quelques jours, le 23 juin prochain, les Britanniques voteront pour un référendum  : le Royaume-Uni doit-il rester dans l’Union européenne  ?

Normalement, un référendum exprime la volonté du peuple, et, dans un régime démocratique, le gouvernement, qui est le pouvoir exécutif, doit exécuter la volonté du peuple.

Malheureusement, dans l’Union européenne, depuis de nombreuses années, le suffrage populaire n’est guère respecté par les gouvernements. Le peuple français a rejeté le projet de traité constitutionnel le 29 mai 2005 à 55 %, mais trois ans après, le 7 février 2008, l’Assemblée nationale ratifiait le traité de Lisbonne, qui en était une version simplifiée et un peu modifiée. Le peuple néerlandais a rejeté le même projet de traité constitutionnel le 1er juin 2005 à près de 62 %, mais les Pays-Bas ont ratifié le traité de Lisbonne le 8 juillet 2008.

Il ne faut pas s’étonner de la défiance des peuples envers l’Union européenne, qui s’exprime notamment en Europe orientale par des gouvernements nationalistes.

En juin 2013, le Parlement européen a fait une étude Eurobaromètre pour étudier la perception de la démocratie. Les résultats sont présentés de façon positive, mais on voit que les Européens n’ont pas une très bonne opinion de la démocratie à l’échelle de l’Union européenne.

On peut y lire (page 4, les caractères gras sont d’origine) :

Que pensent les Européens du fonctionnement de la démocratie ? Ils sont une majorité absolue à se déclarer satisfaits du fonctionnement de la démocratie dans leur pays et plus de quatre sur dix au niveau de l’’UE. Sur ce dernier point, il convient toutefois de remarquer qu’une très courte majorité d’Européens ne se déclare pas satisfaite.

Cette présentation positive peut être retournée : ils sont une majorité absolue à se déclarer non satisfaits de la démocratie au niveau de l’’UE.

Quel que soit le résultat du référendum britannique, Europe-Démocratie-Espéranto appelle les gouvernements à respecter le choix du peuple britannique.

Cette crise de la démocratie est aussi une crise linguistique. Les fortes réactions d’abstention ou de rejet des politiques européennes pourraient être liées aussi à un sentiment de dépossession et de dépendance linguistiques.

La démocratie passe aussi, et peut-être d’abord, par l’égalité de tous les citoyens sur le plan des langues. Seule une langue commune équitable, non nationale, telle que l’espéranto, peut assurer cette égalité.

Répondre à cet article


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0